Angela Sofia Sterzer, la danse manipuri accrochée au cœur

Chorégraphe et danseuse, l'Allemande Angela Sofia Sterzer est installée à Paris. Elle pratique et enseigne la danse manipuri, l’une des plus anciennes danses classiques indiennes, qu’elle mélange à la danse contemporaine. Rencontre avec cette artiste qui chante, passionnée par les femmes fortes, et qui, non, ne fait pas de la danse Bollywood.

Quand Angela Sofia Sterzer parle de danse, elle joint souvent le geste à la parole. Elle redresse son buste, l’incline légèrement en arrière sur sa chaise, et ses bras et ses jambes se déploient. Chorégraphe et danseuse, ce petit bout de femme est installé depuis bientôt trente ans à Paris, où elle enseigne la danse manipuri.

« On me demande souvent si je fais du Bollywood, je réponds que non, qu’il s’agit d’une danse classique indienne », glisse-t-elle. Venue de l’État de Manipur, dans le nord-est de l’Inde, cette discipline ancestrale est devenue « la source » de son travail.

En la rencontrant au jardin du Luxembourg, on se demandera comment une Allemande de 54 ans, installée en France, a bien pu se piquer de danse indienne. Une bonne heure et demie de conversation permettra d’y voir plus clair dans cette géographie éclatée.

Ce qui l’a mené à la danse indienne ? Le souvenir du danseur malaisien Lari Léong, qui fut l’un de ses professeurs avant de mourir prématurément du sida. Devenue professeur de danse contemporaine, elle découvre la danse manipuri en 2000 et c’est « un véritable coup de cœur ».

« Ce qui m’a touché, c’est la relation avec mon maître »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles