Angela Merkel inquiète pour la répartition des vaccins contre le Covid-19

·2 min de lecture

La chancelière allemande Angela Merkel, au pouvoir depuis exactement 15 ans dimanche, s'est dite "inquiète que rien n'ait été encore fait" concrètement pour assurer la vaccination dans les pays pauvres.

Les dirigeants du G20 ont promis dimanche de "ne reculer devant aucun effort" pour garantir un accès équitable aux vaccins contre le Covid-19, un volontarisme toutefois tempéré par des déclarations d''Angela Merkel notamment, "inquiète" de la lenteur des avancées en la matière.

"Nous ne reculerons devant aucun effort pour assurer l'accès abordable et équitable (aux vaccins, tests et traitements, NDLR) de tous", écrivent-ils dans leur déclaration finale.

Le sommet des 20 plus grandes puissances économiques mondiales s'est tenu sous un format virtuel qui lui enlève beaucoup de son éclat, et sous la présidence de l'Arabie saoudite, ce qui a suscité de vives critiques des organisations de défense des droits humains.

Lire aussi :Covid-19 : les premières vaccinations attendues avant la mi-décembre aux Etats-Unis

Alors que la pandémie a tué près d'1,4 million de personnes dans le monde, les présidents ou chefs de gouvernement promettent de "combler les besoins de financement encore existants" pour assurer que les vaccins ne bénéficient pas qu'aux pays les plus riches, au moment où eux-mêmes mettent déjà sur les rails des campagnes de vaccination à grande échelle.

Les Etats-Unis ont annoncé dimanche qu'ils espéraient commencer la leur avant la mi-décembre.

1,1 milliard de doses sur 1,3 milliards de doses déjà réservés

Le Center for Global Development a calculé que les pays riches avaient déjà réservé 1,1 milliard de doses du futur vaccin de Pfizer/BionTceh, l'un des plus avancés, sur un total annoncé de 1,3 milliard de doses produites l'an prochain.

Les Nations unies, redoutant l'apparition d'un "nationalisme vaccinal", appellent à trouver en urgence 4,2 milliards de dollars pour garantir, sous la conduite de l'Organisation(...)


Lire la suite sur Paris Match