Angélique du Coudray : sage-femme savante et enseignante

·2 min de lecture

Au XVIIIe siècle, elle inventa le mannequin obstétrique pédagogique. Une innovation qui permit un important recul de la mortalité infantile. 

Au siècle des Lumières, l’art d’accoucher, appelé aujourd’hui obstétrique, n’était pas encore codifié. Il restait grevé d’une mortalité maternelle notable de 11 ou 12 femmes pour 1 000 et d’une mortalité infantile ahurissante avoisinant 250 pour 1 000 naissances, sans compter les enfants mort-nés tout aussi nombreux ! Dans les villages de province, ce travail était assuré par des femmes sans aucune instruction, les « matrones », qui le tenaient d’autres matrones. Dans les grandes villes comme à Paris il était l’apanage des sages-femmes qui dispensaient un enseignement pouvant donner droit, après deux ans d’apprentissage, au titre de maîtresse sage-femme. Les chirurgiens eux-mêmes accouchaient peu, se contentant de superviser ledit enseignement et d’en décerner les diplômes. À leur décharge, le fait que, pour accéder dans les hôpitaux aux « salles des accouchées », royaume des sages-femmes, il fallait des dérogations rarement accordées au nom de la bienséance et des tabous sexuels de l’époque. Les médecins de ces temps-là, quant à eux, n’accouchaient jamais. Par contre, ils écrivaient et dissertaient beaucoup sur l’obstétrique, ne faisant que cultiver l’apparence d’un savoir à défaut d’un savoir-faire.

C’est dans ce contexte qu’Angélique Marguerite Le Bourcier du Coudray naît à Clermont-Ferrand en 1712. À Paris, au Châtelet, elle est d’abord apprentie sage-femme chez Anne Bairsin, puis diplômée de la confrérie de Saint-Côme (celui des chirurgiens) le 26 septembre 1739 et nommée sage-femme jurée le 21 février 1740. Les années suivantes elle reste et travaille au Châtelet en tant que maîtresse sage-femme. En 1754, elle retourne dans son Auvergne natale où elle dispense un enseignement gratuit. Elle est intimement(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles