Anesthésiste de Besançon : une ex-collègue le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner

La rédaction d'Allodocteurs.fr
L' "affaire de l'anesthesiste de Besançon" s'emballe. Une ancienne collegue du Dr Pechier, elle aussi anesthesiste, est persuadee qu'il avait prevu de l'intoxiquer au bloc operatoire.

Le profil psychologique de l'anesthésiste de Besançon interroge de plus en plus. Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce 24 mai auprès des avocats des deux parties.

Catherine Nambot, elle-même anesthésiste à la clinique Saint-Vincent de Besançon où exerçait le Dr Péchier, est "persuadée" que ce dernier a cherché à l'empoisonner lors d'une intervention bénigne qu'elle avait subie en avril 2016, a indiqué à l'AFP son avocat, Me Alain Dreyfus-Schmidt, confirmant une information du quotidien Le Monde.

Un échange entre deux patientes au planning opératoire

Selon l'avocat, le jour de l'opération, sa cliente figurait en deuxième position sur le planning des interventions mais, au dernier moment, l'ordre avait été inversé et la poche d'anesthésiants destinée au Dr Nambot avait été attribuée à Laurence Nicod, 50 ans, une patiente qui avait pris sa place.

Mme Nicod avait été victime dès le début de l'opération d'un arrêt cardiaque fatal. Son cas fait partie des 24 empoisonnements pour lesquels M. Péchier est mis en examen. Au total, neuf patients sont décédés.

Alors présent à la clinique, le Dr Péchier était intervenu pour tenter de la ranimer mais "n'a pas pu (la) sauver et il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi