Les anecdotes effarantes de François Berléand avec des anonymes qui croient l'avoir reconnu (VIDEO)

·1 min de lecture

François Berléand a joué dans une foule de films et séries, dont Mon Idole de Guillaume Canet, Ne le dis à personne, Le Transporteur, Les Choristes, La Main du Mal et, tout récemment, L'École de la vie sur France 2. L'acteur français de 69 ans est très présent sur le petit comme sur le grand écran. Mais ce n'est pas pour autant que les gens le reconnaissent toujours dans la rue. Certaines personnes ont même du mal à mettre un nom sur son visage, comme il le raconte dans On refait la télé, l'émission diffusée le samedi à 11h30 sur RTL dont Télé-Loisirs vous propose de découvrir un extrait en avant-première.

Comme il le raconte à Eric Dussart et Jade, c'est avec Le Septième Ciel de Benoît Jacquot, en 1997, que François Berléand a réellement percé l'écran. Il avait 45 ans. La notoriété, avec ses avantages et ses inconvénients, s'ouvrait à lui. Un jour, dans la rue, il rencontre un homme persuadé de le connaître. Mais pas pour l'avoir vu à la télévision. "Tu te souviens à la foire de Paris on était face-à-face tu vendais des chaussures, ça marche toujours ? T'es toujours dans les chaussures ?" L'acteur n'a jamais vendu de chaussures, évidemment, mais comme il adore "jouer le jeu à chaque fois", il répond : "Non, c'est fini, je ne suis plus dans les chaussures. Je suis dans le son." Un petit mensonge pas si loin de la vérité finalement.

Plus récemment, une femme l'a pris pour quelqu'un d'autre au restaurant. Et pas n'importe qui : Michel Serrault. Il est vrai que, physiquement, les (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

"J'étais terrifiée" : Kaya Scodelario révèle la fois où un grand réalisateur lui a demandé de se dénuder si elle voulait le rôle
Disney+ : les nouveautés de la semaine du 30 avril au 6 mai 2021
Catherine Zeta-Jones maman poule “parfois un peu lourde” : les confidences de l'actrice sur ses deux enfants
Programme TV accessibles : notre sélection de films et séries en audiodescription du 1er au 7 mai
L'Arme fatale (Salto) : scénario trop sombre, décès d'un cascadeur, la genèse compliquée de la saga