Pour Andy Murray, ça hanche du côté de la retraite

Libération.fr
Andy Murray lors de sa conférence de presse, vendredi à Melbourne.

L'Ecossais a annoncé, vendredi, qu'une incessante douleur à la hanche devrait le contraindre à arrêter sa carrière en 2019. Il aimerait tirer sa révérence à l'occasion de la prochaine édition de Wimbledon.

«Il est possible que l’Open d’Australie soit mon dernier tournoi»: vendredi, deux jours avant le début du premier tournoi du Grand Chelem de la saison, l’Ecossais Andy Murray a annoncé, en larmes, sa très probable fin de carrière en 2019. La faute à d’incessantes douleurs à la hanche. Son espoir est de tenir jusqu’à l’été et «d’arrêter de jouer» à Wimbledon, pour soigner sa sortie dans un tournoi dont il fut, en 2013, le premier vainqueur Britannique depuis 77 ans.

A 31 ans, l’ex-numéro 1 mondial s’est rendu à l’évidence. «Je peux jouer physiquement limité. Mais ces limites et la douleur ne me permettent pas de prendre du plaisir en compétition ou à l’entraînement», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Melbourne. «J’ai fait à peu près tout ce que je pouvais pour essayer de soigner ma hanche et ça n’a pas beaucoup aidé», a regretté Murray en référence à l’intervention chirurgicale réalisée début 2018 qui l’a éloigné des courts jusqu’en juin. Il n’avait ensuite joué que quatre tournois avant d’achever sa saison en septembre et de se concentrer sur sa remise en forme.


Hommages

La semaine prochaine, Sir Andy affrontera au premier tour de l’Open d’Australie l’Espagnol Roberto Bautista sans trop d’illusions : «Je vais jouer. Je peux toujours jouer à un certain niveau, pas à un niveau auquel je suis heureux de jouer. La douleur est vraiment trop forte. Jouer comme ça, ce n’est pas quelque chose que j’ai envie de continuer de faire.» Et s’il n’écarte pas l’idée d’une autre opération pour sa hanche récalcitrante, il y pense davantage en vue de sa qualité de vie de retraité que pour la suite de sa carrière de sportif de haut niveau.

Eliminé dès le deuxième tour du tournoi de Brisbane la semaine dernière, celui qui a dégringolé au 230e rang mondial a (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Tokyo-2020: le président du comité olympique japonais mis en examen pour «corruption»
15 personnes arrêtées
PSG : les trois leçons d’une élimination
Mondial de handball : les Français sans leur as mais pas sans atouts
Le Programme des BLeus