Android Auto et Apple Car Play encore plus dangereux que l'alcool ?

fr.info@motor1.com (Mael Pilven)
BMW Android Auto

L'utilisation des systèmes d'infodivertissement à écran tactile augmente le temps de réaction des conducteurs.

Les technologies continuent à infiltrer nos automobiles, et aident à la fois à améliorer notre sécurité et aussi à rendre la vie plus facile au volant. Mais alors que les technologies comme les avertisseurs d'angle mort, la détection des piétons, le régulateur adaptatif de vitesse ou le freinage d'urgence augmentent la sécurité, d'autres auraient peut-être tendance à nous détourner l'attention de la route.

Et c'est une étude aussi récente que sérieuse menée par IAM RoadSmart, une organisation fondée en 1956 portée sur la sécurité routière, qui semble en apporter la preuve en pointant du doigt les systèmes d'infodivertissement : l'utilisation d'Apple CarPlay et Android Auto serait encore plus dangereuse que de rouler sous l'emprise d'alcool ou de drogue ! 

À lire aussi :

C'est évidemment un peu étonnant d'entendre ça, mais selon l'étude menée par l'organisation, l'utilisation des interfaces tactiles pour accéder à Apple CarPlay ou Android Auto augmenterait le temps de réaction, encore plus que si vous écriviez un texto, utilisiez votre téléphone, ou soyez alcoolisé ou drogué ! L'étude, qu'IAM RoadSmart a mené avec l'aide de TRL, de la FIA, et de Rees Jeffreys Road Fund a conclu que les utilisateurs de ces systèmes détournent le regard de la route jusqu'à 16 secondes durant. Soit pendant plus de 500 mètres à une vitesse de 112 km/h.

De plus l'étude explique que quelqu'un qui conduit à la limite autorisée en terme d'alcool a un temps de réaction 12 % plus lent. Avec le cannabis, c'est 21 %. En écrivant un SMS c'est 35 %. Téléphone au volant c'est 46 %. Et utiliser Android Auto et Apple CarPlay, c'est respectivement 53 et 57 % ! Même l'utilisation de la reconnaissance vocale augmenterait le temps de réaction de 30 et 36 %. Une augmentation des distractions qui a un effet négatif sur les distances d'arrêt et le placement dans les voies.

L'étude a également révélé que les conducteurs sous-estimaient jusqu'à cinq secondes le temps qu'ils passaient à regarder ailleurs que la route. Les participants à l'étude n'ont pas réagi aux stimuli extérieurs sur la route lorsqu'ils ont utilisé l'un ou l'autre des systèmes, certains temps de réaction ayant même augmenté de 50 %. L'étude rappelle que si la technologie peut être plus pratique, elle n'est pas forcément plus sûre ou moins distrayante ! 


Source: IAM RoadSmart