André Dussollier révèle pourquoi il n'a encore jamais joué dans une série

·1 min de lecture

On connait la chanson, Un coeur en hiver, La Chambre des officiers, autant de films qui ont valu à André Dussollier les honneurs des cérémonies de remise des prix. Et pourtant, malgré ce curriculum vitae exceptionnel, le comédien sexagénaire a dû se contenter du grand écran et des scènes parisiennes. Le natif d'Annecy a néanmoins conjuré le sort en acceptant un rôle récurrent dans la fiction Cellule de crise, dont les six épisodes seront disponibles sur Salto à partir du vendredi 12 mars. Et l'ancien compagnon d'Isabelle Adjani a apprécié l'expérience, lui qui incarne le vice-président d'une organisation humanitaire internationale dans un thriller porté par des personnages nombreux et complexes.

Rythme, thèmes abordés, protagonistes complexes, tout était réuni pour que cet acteur dont la voix a jalonné la vie de beaucoup prenne du plaisir à sublimer ce scénario adapté au format de la télévision. Mais pourquoi pas avant, alors qu'il a interprété une centaine de rôles au cinéma ? "Parce que l’on ne m’a rien proposé, a confessé André Dussollier à nos confrères de Télé-Loisirs, ce mercredi 17 février 2021. Pourquoi ? Comment ? Qui prend la décision ?, Je n’en ai aucune idée. Je ne sais pas si on n’ose pas, ni si il y a une raison." Des aveux surprenants alors que de nombreux acteurs bankable (Carole Bouquet, Nathalie Baye, Kad Merad, Omar Sy) ont effectué un pas de côté pour rejoindre l'univers des séries. D'autant que l'intéressé est du genre connaisseur. Six Feet Under, Homeland, (...)

Lire la suite sur le site de Voici

PHOTOS Paris Hilton fiancée : son chéri Carter Reum l’a demandée en mariage
VIDEO Un dîner presque parfait : une candidate s’en prend à un adversaire très critique et le met en garde
Top Chef 12 : pourquoi Charline Stengel n'a pas eu le temps de se préparer au concours
Interview de Meghan et Harry : comment Oprah Winfrey a réussi à les convaincre ?
Patrick Chesnais : ces « rendez-vous » qu'il s'interdit d'oublier depuis la mort de son fils Ferdinand