Les plus anciennes traces d'Homo sapiens en Europe

Laurent Sacco, Journaliste

Il y a presque un an, une étude publiée dans Nature annonçait que l’on avait probablement retrouvé ce qui à l’époque était la plus ancienne trace d’Homo sapiens hors d’Afrique, en Grèce pour être précis, et qu’elle était âgée de 210.000 ans. Mais cette étude a été remise en cause depuis. Aujourd’hui, la trace à qui on attribue le même titre a été trouvée dans la célèbre grotte de Bacho Kiro en Bulgarie. C’est ce qu’annonce une équipe de recherche internationale dans deux articles publiés à nouveau dans Nature mais aussi dans Nature Ecologie & Evolution.

L’affirmation est soutenue par une datation au carbone 14 qui donne un âge d’environ 45.000 ans aux restes de cinq fossiles humains retrouvés et qui sont accompagnés par des outils en pierre, des milliers d'os d'animaux chassés, des outils en os et également des ornements personnels comme des perles et des pendentifs.

L’équipe dirigée par Jean-Jacques Hublin, directeur de l'Institut Max-Planck d'anthropologie évolutive à Leipzig, en Allemagne, en collaboration avec Tsenka Tsanova et Shannon McPherron de l'Institut Max-Planck d'anthropologie évolutive, et Nikolay Sirakov et Svoboda Sirakova de l'Institut national d'archéologie avec le musée à l'Académie bulgare des sciences de Sofia, Bulgarie, a donc réussi à identifier les premiers Homo sapiens du Paléolithique supérieur en Europe.

Pour cela, elle a bénéficié de l’aide de Hajdinjak et Matthias Meyer de l'équipe de génétique dirigée par Svante Pääbo au département de génétique évolutive de l'Institut Max-Planck d'anthropologie évolutive. Ces chercheurs ont en effet séquencé l'ADN des ossements fossiles retrouvés et c’est en fait la conservation exceptionnellement bonne de l'ADN dans une molaire et des fragments d'homininés qui a montré que l’on était en présence de restes d’humains modernes possédant des séquences d'ADN mitochondrial caractéristiques des Hommes d’aujourd’hui.


Homo sapiens par Jean-Jacques Hublin (Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology,...

> Lire la suite sur Futura