La plus ancienne carte retrouvée en Europe se cachait dans le Finistère

Éléonore Solé, Journaliste scientifique
·2 min de lecture

Il y a plus d'un siècle, en 1900, le préhistorien breton Paul de Châtellier exhume une dalle gravée des terres de Leuhan, dans le Finistère. Lourd, très lourd, ce bloc de schiste pèse une tonne et demie. Il était enfoui dans le tertre de Saint-Bélec, un grand amas de terre de 40 mètres de diamètre pour deux mètres de haut, recouvrant une sépulture. Ce tumulus est daté de l'âge du Bronze ancien, entre 1900 et 1650 avant J.C.

Paul de Châtellier fait extraire la dalle gravée de ces lieux. Sans doute péniblement, au regard de sa masse, de ses 2,2 mètres de long et de son 1,53 mètre de large. Jusqu'à sa mort, en 1911, la relique est entreposée dans son musée personnel à Pont-l'Abbé. Mais elle disparaît une dizaine d'années après son nouveau gardien, lorsque ses enfants vendent sa collection. Oubliée. Perdue. Puis retrouvée. En 2014, deux archéologues, Yvan Pailler et Clément Nicolas, remettent la main dessus. Grâce à un examen minutieux des archives, ils localisent l'objet dans une cave du château abritant le Musée d'archéologie nationale. Ce qu'ils découvrent est un trésor.

Les représentations de l'Afrique, de l'Antiquité au XIXe siècle

La dalle de Saint-Bélec est incrustée de lignes, de points, de cercles… Des incisions et quelques piquetages où le hasard n'a pas sa place. « On estime que l'on est devant une carte quand des motifs se répètent et qu'ils sont reliés entre eux par des lignes pour former un réseau, dans un ensemble cohérent », détaille Yvan Pailler à l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives). Nul doute, la dalle est une carte. « Ou plutôt une représentation à caractère cartographique », précise l'archéologue.

La dalle de Saint-Bélec s'étend sur 2,2 mètres de long pour 1,53 mètre de large. Taillée dans un bloc de schiste, elle pèse quelque 1,5 tonne. © Denis Glicksman, Inrap
La dalle de Saint-Bélec s'étend sur 2,2 mètres de long pour 1,53 mètre de large. Taillée dans un bloc de schiste, elle pèse quelque 1,5 tonne. © Denis Glicksman, Inrap

Une certitude, plusieurs énigmes

Ce document de pierre est brisé. Que la cassure soit volontaire ou non, les chercheurs ne sauraient le dire....

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura