Pour 900 euros, un ex-policier fait passer son fils pour mort

·1 min de lecture
Suite à un dépôt de plainte de la ville, le tribunal correctionnel prend alors l’affaire en main en septembre et inculpe un homme, policier municipal au moment des faits, pour “faux en écriture publique”.
Suite à un dépôt de plainte de la ville, le tribunal correctionnel prend alors l’affaire en main en septembre et inculpe un homme, policier municipal au moment des faits, pour “faux en écriture publique”.

Un policier de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône) a réalisé un faux certificat de décès pour se faire rembourser les frais de scolarité de son fils.

Une simple faute d’orthographe a permis de découvrir la supercherie rapporte La Provence. Une secrétaire de Game sud, une école supérieure spécialisée dans les jeux vidéos à Lyon, a remarqué une faute dans le certificat de décès d’un élève. Malgré le tampon officiel, cette erreur sur le nom du département la pousse à vérifier le document. L’État-civil lui indique que c’est un faux.

Suite à un dépôt de plainte de la ville, le tribunal correctionnel prend alors l’affaire en main en septembre et inculpe un homme, policier municipal au moment des faits, pour “faux en écriture publique”. Il aurait demandé le remboursement des frais de scolarité, soit 900 euros, pour son fils en prétextant son décès.

Risque de radiation de la fonction publique

Un agent municipal de 54 ans est aussi inculpé, accusé d’avoir été complice en fournissant le tampon sur le document officiel. Les deux hommes auraient démenti lors de leur garde à vue. Le père s’est même dit victime d’un coup monté cherchant “à lui nuire”. Le fils, âgé de 19 ans, n’est pas poursuivi.

Attendant leur procès, les deux hommes n’ont pas été écroués. Ils risquent des poursuites pénales et des sanctions administratives, pouvant aller jusqu’à la radiation.