Ananas, cactus, pommes : les déchets de l'industrie agroalimentaire sont-ils des alternatives durables pour la mode ?

Corinne Jeammet
·1 min de lecture

Épinglée de tous côtés, l’industrie de la mode affiche un bilan environnemental alarmiste dont nul ne peut ignorer les conséquences sur la planète. La crise sanitaire liée à la Covid-19 a accéléré la prise de conscience des consommateurs qui désormais recherchent des marques responsables s'engageant dans une démarche écologique et respectueuse de l'environnement. Celles qui privilégient les fibres issues des déchets de l'agroalimentaire commencent à avoir de plus en plus la cote.

Mais si la revalorisation d'un déchet semble une bonne idée, le consommateur doit être cependant attentif. Explications avec Magali Moulinet Govoroff, auteur de l'ouvrage Mode manifeste. S'habiller autrement, et Eloïse Moigno, fondatrice du label SloWeAre, et découverte d'une sélection mode privilégiant les fibres extraites de déchets agroalimentaires.

"Des textiles s'inventent sur la base de déchets agroalimentaires"

Dans son ouvrage Mode manifeste. S'habiller autrement (éditions de la Martinière), Magali Moulinet Govoroff dresse un état des lieux et passe en revue des solutions pour consommer écologique, éthique (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi