Mon analyse décalée des affiches réussies ou ratées des européennes

Elodie Mielczareck

Cette analyse est volontairement décalée. Elle porte exclusivement sur les codes visuels (images et symboles) et plastiques (couleurs et mise en scène) utilisés. Elle met volontairement de côté la dimension idéologique. Par Elodie Mielczareck et associées.

Une affiche plutôt efficace et réussie en dépit de:
- Une tonalité d’affiche très froide qui détonne avec son slogan très passionné (pathos)
- Un montage un peu grossier pour les 2 personnages: trop grande proximité, regards qui ne se concentrent pas sur la même chose, cheveux détourés façon casque…
- Sourires crispés
Le tout crée un effet un peu fake, plastique…

Ma note : **

Une affiche assez ratée:
- Des personnages bien trop souriants, effet d’euphorie
- Un ciel trop bleu. Une construction en nuage et un très improbable effet de flouté duveteux qui les fait flotter dans les airs façon cumulus…
- Un slogan pourtant fort et évident
- Une tête de liste pas même citée au profit de la seule chose qui ressort de cette construction: le bandeau jaune avec le nom du créateur du spectacle.

Ma note : *

Une affiche très sobre, voire austère qui détonne elle aussi avec le registre très  passionné du slogan:

- Des couleurs ternes, sans brillance

- Une proximité trop grande entre les 2 personnages qui se superposent. Un mentor flanqué d’une candidate qui semble n’être qu’une extension de son bras...

- Le tout renforcé par le ton sur ton de leurs vestes et l’importante différence d’âge, cela crée un petit effet Tatayet.

Ma note : *

Une affiche très réussie avec une posture assez flatteuse du candidat tête de liste:
- Son nom est mis en scène avec un effet vitesse comme un titre de film ou de super héro.
- Des couleurs complémentaires qui apportent beaucoup de dynamisme, accentué par l’inclinaison du bandeau texte qui semble donner des ailes au personnage.
- Un slogan extrêmement fort et collectif qui vient conjurer la solitude du héro.

Ma note : ***

L’affiche la plus hors sujet puisqu’elle ne fait pas même mention de l’élection concernée et que...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post