Un an de Macron : quel bilan dressent les primo-votants ?

Libération.fr
Emmanuel Macron à l'Elysée, le 16 avril.

Ils s'appellent Clarisse, Milan, Marie ou Miguel et ils ont voté pour la première fois lors de la présidentielle 2017. Cette première année en «macronie» les a-t-elle convaincus ou dégoûtés de la politique ? On leur a posé la question.

En 2017, Libération a suivi la campagne présidentielle avec un groupe de jeunes qui ne se connaissaient pas, avaient des sensibilités politiques différentes, mais avaient pour point commun de voter pour la première fois. Après un an de présidence Macron, nous avons repris contact avec eux. Clarisse, Milan et Miguel nous livrent leur analyse.

Clarisse : «J’attends un gros changement sur l’immigration»

Clarisse est à Limoges et continue sur sa lancée, en deuxième année de prépa littéraire. Elle a voté Macron aux deux tours de la présidentielle en 2017 après avoir hésité un temps avec Benoît Hamon.

«J’ai vraiment trouvé la campagne violente et décevante. Depuis, je trouve que l’actualité politique a été très mouvementée : c’est compliqué de se faire un avis, car il y a beaucoup d’infos en même temps, les réformes controversées s’enchaînent. Pour les points positifs, j’ai vraiment apprécié la réforme du bac : la suppression des filières, le contrôle continu, l’oral. J’ai du mal à comprendre le mouvement étudiant. Il y a, sur les tracts qu’on me distribue, des choses qu’on ne retrouve pas dans les propositions de loi, et par ailleurs je n’ai jamais apprécié qu’on me bloque.

«Le point négatif, c’est l’immigration. Je trouve les positions d’Emmanuel Macron vraiment lâches et décevantes, et très différentes du discours qu’il tenait en tant que candidat. De mon côté, cela me révolte et je me renseigne pour donner des cours à des migrants. Je trouve qu’il y a urgence à agir. 

«Macron est-il de droite ? Au début j’ai eu tellement peur qu’il nomme Christian Estrosi au poste de Premier ministre que j’ai presque été soulagée de voir que c’était Edouard Philippe ! Mais c’est vrai que Macron a fait largement un virage à droite. Et, dès le départ, ses (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Procès Tarnac : le parquet ne fait pas appel de la relaxe quasi-générale
Le mariage pour tous et ses ennemis
Le reliquaire d'Anne de Bretagne retrouvé, deux mises en examen
Est-ce que la France subventionne Syria Charity, et cette ONG est-elle liée à Al-Qaida ?
Hautes-Alpes : l'Intérieur renvoie dos à dos les militants d'extrême droite et ceux solidaires des migrants

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages