Il y a un an, la Chine annonçait le premier décès d'un patient atteint du coronavirus

·2 min de lecture

Les autorités chinoises déploraient le 11 janvier dernier la mort d'un patient atteint de Covid-19 dans la ville de Wuhan. Un anniversaire que la Chine, soucieuse d'effacer son image d'épicentre, ne compte aujourd'hui pas mettre en avant.

C’est un anniversaire que la Chine ne souhaite pas particulièrement célébrer. Il y a un an, le 11 janvier 2020, la Chine annonçait qu'un premier mort d'un mystérieux virus avait été enregistré deux jours plus tôt dans la métropole de Wuhan, peuplée de 11 millions d'habitants.

>> À lire : En Chine, l’épidémie de pneumonie enregistre un premier mort

Plus de 1,9 million de personnes ont depuis perdu la vie à la surface du globe des suites de l'épidémie de Covid-19. À Wuhan, comme ailleurs en Chine, la pandémie a été largement maîtrisée dès le printemps et le bilan national des décès reste officiellement à 4 634 depuis mi-mai.

Dans la ville du centre du pays, la première à être placée en quarantaine à compter du 23 janvier 2020, les habitants vaquaient normalement à leurs occupations lundi matin, alors que les médias du régime communiste taisaient ce premier anniversaire.

"La ville la plus sûre"

"Wuhan est la ville la plus sûre de Chine et même du monde à présent", fanfaronne un sexagénaire, Xiong Liansheng, dans un parc où des retraités dansent ou s'adonnent à leurs exercices matinaux, certains avec un masque sur le visage.

"Les habitants sont très conscients des mesures de prévention. Même mon petit-fils porte un masque quand il sort et il n'a que deux ans", ajoute M. Xiong.

La Chine a été critiquée pour sa réaction initiale à l'épidémie. Des médecins de Wuhan, qui avaient évoqué l'existence du virus, ont été accusés par la police de propager des rumeurs.

Le nom même de la première victime connue n'a jamais été rendu public. On sait simplement qu'il s'agit d'un homme de 61 ans qui fréquentait le marché Huanan pour faire ses courses.

Experts de l’OMS

Ce marché, considéré comme le premier grand foyer de l'épidémie, a été fermé le 1er janvier 2020. Y étaient vendus des animaux sauvages vivants, considérés comme des transmetteurs possibles du virus à l'homme. Lundi, le marché restait fermé derrière une longue palissade.

Plus au nord, le pays est confronté ces derniers jours à une résurgence épidémique limitée dans le Hebei, la province qui entoure Pékin. Une centaine de contaminations y ont été annoncées, lundi, pour les dernières 24 heures, soit le chiffre le plus élevé au plan national depuis juillet.

Dix-huit millions d'habitants de deux vastes communes sont interdits de sortir des limites de leur municipalité.

Avec AFP