Un an avant les JO d'hiver, Pékin se dit prêt malgré les incertitudes sanitaires

·3 min de lecture

Dans un an, si tout va bien, les JO seront de retour à Pékin. Les jeux d’hiver cette fois. Tout est prêt pour recevoir une deuxième fois les compétitions assurent les autorités en charge de l’événement dans la capitale chinoise, et cela, malgré les incertitudes liées à la crise sanitaire.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

« Cette flamme olympique sera la lumière au bout du tunnel » peut-on entendre dans le clip diffusé par l’agence Chine Nouvelle à l’occasion du dévoilement de la torche cette semaine à Pékin. Des jeux de la rédemption après la pandémie, même si à un an de l’échéance ce sont encore des clients masqués qui arpentent le magasin officiel de ces Jeux d’hiver qui vient tout juste d’ouvrir au cœur de la capitale chinoise.

Entre les rangées de mascottes, le logo Pékin 2022 décliné sur les mugs, les pins, ou de jolis survêtements rouges vintage. Parmi les clients impatients, il y a ce restaurateur fan des anneaux olympiques : « J’avais réservé mon voyage au Japon pour les jeux de Tokyo cet été. Comme beaucoup, j’ai finalement annulé mon billet d’avion et mes nuits d’hôtel en raison de la situation sanitaire. Mais dans un an, avec les vaccins, ça ira mieux. »

La question de l'approvisionnement en eau

Après la visite des infrastructures sous l’œil des caméras, le recrutement des volontaires, la campagne de promotion via les sponsors, les goodies sont prêts. Recevoir deux fois les athlètes dans une même ville est à la fois un enjeu de soft power et une fierté nationale, même si logistiquement la région de Pékin manque cruellement d’eau pour accueillir les JO.

Whang Shu, un autre fan et client de la nouvelle boutique olympique a confiance sur ce point : « C’est la deuxième fois après 2008 que Pékin accueille les Jeux olympiques. Cela montre la force de la Chine dans le monde. Si Pékin s’est engagé à être le pays hôte, croyez-moi l’approvisionnement en neige ne sera pas un problème. »

Des autorités encore prudentes

En attendant, les autorités chinoises restent très prudentes sur le plan sanitaire, peu d’observateurs étaient invités à la cérémonie officielle dans l’ancienne piscine olympique de 2008 transformée en patinoire pour les jeux de 2022.

Et c’est d’ailleurs via un message vidéo que s’est exprimé Thomas Bach, le président du CIO : « Dans un an, Pékin écrira l’histoire en tant que première ville à accueillir les éditions d’été et d’hiver des Jeux Olympiques. Ayant vu comment la Chine a surmonté la pandémie de coronavirus, nous sommes convaincus que nos hôtes chinois garantiront des Jeux olympiques sûrs. »

Cet avis n'est pas partagé par près de 180 organisations qui, comme en 2008, appellent au boycott des Jeux olympiques de Pékin 2022 en raison de violations signalées contre les minorités ethniques en Chine.

►À écouter aussi : Décryptage - Quel avenir pour le peuple ouïghour ?