Un an après la tempête Alex, Saint-Martin-Vésubie sollicite l'État pour reconstruire son cimetière

·2 min de lecture
Saint-Martin-Vésubie un an après la tempête Alex.  - BFMTV
Saint-Martin-Vésubie un an après la tempête Alex. - BFMTV

Dans la région, la tempête Alex, c'est d'abord un effroyable bilan humain: dix morts, huit disparus. Il y a un an, dans la nuit du 2 au 3 octobre, la tempête Alex déferlait sur les vallées de la Vésubie et de la Roya dans les Alpes-Maritimes. Elle y grossissait les flots des deux rivières, les inondations ravageant les lieux et endeuillant la population. La petite commune de Saint-Martin-Vésubie a payé le plus lourd tribut au sinistre qui a, de plus, emporté la partie basse de son cimetière. Douze mois plus tard, celui-ci reste à reconstruire et la localité a besoin d'aide.

Au total, ce sont 90 caveaux et 136 sépultures qui sont partis avec la montée des eaux. Les restes de 22 corps ont, depuis, été retrouvés en aval. La dépouille d'un ami de Suzanne, qui a guidé notre équipe sur place, était du nombre. "Il y avait un portail. Il n’y est plus", indique la Saint-Martinoise au moment de faire visiter le cimetière.

"Si je meurs demain?"

Le maire de la ville, Yvan Mottet, soumet son plan devant nos caméras: l'idée est désormais d'agrandir le cimetière: "Je suis en train d’essayer de préempter des terrains qui sont au même niveau que l’ancien cimetière là où il n’y a pas de risque". Il espère que les travaux seront finalisés d'ici deux ans. il faut dire que le temps presse.

"Des gens âgés me disent: 'Mais si je décède demain où va-t-on me mettre? J'ai besoin de savoir'. Il va falloir refaire rapidement des caveaux", souligne-t-il.

Mais l'élu le signale: les fonds de sa ville sont insuffisants pour remplir cette mission, c'est pourquoi il sollicite l'aide de l'Etat. Dans un entretien accordé à Nice Matin et paru ce samedi, Emmanuel Macron a promis de surveiller personnellement ce dossier et l'appui de l'administration. "Je viendrai avant la fin de l'année pour faire un point sur l'avancée des travaux additionnels, maintenir la pression et évoquer le développement des projets sur l'ensemble du territoire", a-t-il lancé, ajoutant:

"L'État a été présent dès les premières heures. Nous continuerons à être là. Nous ne lâcherons pas les habitants, les familles, les collectivités."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles