Un an après l'incendie de la Tour Grenfell, Londres se recueille

Pauline FROISSART
1 / 3
Des messages de condoléances écrits près de la carcasse calcinée de la Tour Grenfell à Londres le 13 juin 2018

Londres (AFP) - Un an après l'incendie de la Tour Grenfell à Londres qui a coûté la vie à 71 personnes et en a traumatisé des milliers d'autres, le Royaume-Uni a entamé mercredi soir 24 heures de commémorations.

Le 14 juin 2017, peu après minuit, le feu s'était déclenché dans la cuisine d'un appartement du quatrième étage, à partir d'un réfrigérateur défectueux. Les flammes avaient rapidement dévoré l'immeuble de 24 étages et les habitants du quartier avaient vu, impuissants, des dizaines de ses résidents rester prisonniers du brasier.

"Cette tragédie inimaginable reste gravée dans nos esprits", a déclaré devant les députés la Première ministre Theresa May.

Les commémorations de l'incendie ont commencé mercredi par une veillée de 24 heures.

"Nous voulions un moment privé pendant lequel nous pourrions recréer l'esprit communautaire dont nous sommes si fiers", a déclaré Samia Badani, la coprésidente d'un conseil représentant un millier de familles.

Dans une rue fermée, non loin de la carcasse carbonisée de la tour qui a pendant des mois trôné dans le quartier, des habitants ont déployé des banderoles et imprimé des T-shirts sur lesquels on peut lire des slogans exigeant que justice soit faite après l'incendie le plus meurtrier qu'ait connu le Royaume-Uni depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Presque toutes les personnes présentes portaient une écharpe verte -la couleur retenue pour symboliser la tragédie- tandis que le bâtiment incendié lui-même, récemment recouvert de bâches blanches, avec au sommet de grands coeurs verts et les mots : "Grenfell, pour toujours dans nos coeurs", baignera jeudi dans une lumière verte, tout comme le bureau de Downing Street du chef du gouvernement.

"Je pensais que le temps ferait son oeuvre, mais le temps n'a rien fait", lâche Chris Imafidon, 50 ans, qui a fait connaissance de six familles endeuillées par la catastrophe à travers ses activités de bénévolat dans le domaine éducatif.

"Cela ranime les souvenirs de cette nuit-là, parce que nous sommes tous à nouveau dans la rue. Je vois les mêmes visages", ajoute-t-il au milieu de dizaines d'autres personnes présentes, après avoir participé ensemble à un dîner.

- 72 secondes de silence -

Soixante-dix personnes ont péri dans le sinistre, dont 18 enfants.

Une rescapée, hospitalisée depuis la catastrophe, est en outre morte en janvier.

A 01H30, au moment où les flammes ont commencé à ravager le bâtiment, les noms de ces personnes seront lus à haute voix à l'église St Clement, près de la tour.

Jeudi, en fin de matinée, familles endeuillées, rescapés et voisins se recueilleront au pied de la tour et, à 12h54 -l'heure des premiers appels aux services de secours-, 72 secondes de silence, une par personne qui a perdu la vie -un bébé mort-né a en effet été ajouté à la liste macabre des morts-, seront observées dans tout le Royaume-Uni.

Les commémorations se poursuivront tout au long de la journée avec des messes du souvenir, des prières à la mosquée de quartier, et, comme chaque mois depuis la tragédie, une marche silencieuse. Une mosaïque doit être dévoilée au pied de la tour où des roses blanches doivent aussi être déposées.

Vendredi, un événement baptisé "Green for Grenfell", destiné à célébrer le "sens de la communauté", sera organisé partout dans le pays. Les écoliers sont appelés à se rendre dans leurs établissements vêtus de vert et des appels aux dons seront organisés au profit d'associations locales.

"Dans les jours qui ont suivi l'incendie, une communauté de bénévoles nous a entourés et nous a aidés à traverser la période la plus difficile", a expliqué Sandra Ruiz, de l'association Grenfell United, dans un communiqué, espérant que vendredi soit une "journée spéciale et positive".

Douze mois après le drame, les blessures restent vives, et, parmi les rescapés, nombreux sont ceux qui dénoncent une réponse insuffisante des autorités.

Plus de 200 ménages ont perdu leur toit dans l'incendie et moins de la moitié ont déménagé vers un logement pérenne, le reste vivant encore à l'hôtel ou dans des hébergements provisoires.

Devant les députés, Theresa May a défendu l'action du gouvernement, assurant faire "tout ce que nous pouvons pour que les rescapés de Grenfell obtiennent le logement et le soutien dont ils ont besoin et la vérité et la justice qu'ils méritent".

Une enquête publique est également en cours, qui doit déterminer si l'incendie aurait pu être évité. Les habitants avaient alerté à plusieurs reprises la municipalité du très cossu quartier de Kensington et Chelsea, le gestionnaire de la tour, lui faisant part de leurs craintes concernant la sécurité.