Amy Winehouse : les révélations de son ami d'enfance,Tyler James

·2 min de lecture

Il y a dix ans, l’étoile de la soul s’éteignait dans la maison londonienne qu’ils partageaient. Pour Amy Winehouse, « Ty » était plus qu’un copain d’enfance, presque un deuxième frère. Tout jeunes, ils vivent une passion précoce pour le jazz et les alcools forts. Aujourd’hui, Tyler James s’autorise des confidences dans « My Amy. The Life We Shared » (« Mon Amy. Notre vie ensemble »), un livre publié en Grande-Bretagne. Il raconte leur adolescence et apporte de nouveaux détails sur la dérive de son « âme sœur ». Des révélations vécues comme une trahison par la famille de la star.

Hiver 2007. Amy Winehouse va embarquer dans un vol pour Glasgow. Elle passe à toute vitesse la sécurité du petit aéroport de Londres City. Son penchant certain pour les drogues et son style de vie chaotique attisent les unes de tabloïds depuis un moment ; pourtant, c’est à peine si les agents de sécurité fouillent son sac. Amy est une star pour qui les règles du commun des mortels s’appliquent avec parcimonie. Peu après le décollage, une odeur d’égouts et de sucre envahit la cabine, s’échappant des toilettes où Amy s’est enfermée pour fumer un caillou de crack planqué dans sa fameuse choucroute. Hilare, le commandant de bord lance une annonce : « Mesdames, Messieurs, quelqu’un pourrait-il avoir la gentillesse de demander à son amie célèbre de cesser de fumer dans les toilettes ? » Les passagers s’esclaffent et Amy émerge, aussi ravie d’avoir diverti la galerie que d’avoir consommé sa dose à 6 000 mètres d’altitude.

Lire aussi: Malade, la mère d'Amy Winehouse redoute de perdre ses souvenirs avec elle

C’est la dernière fois que la chanteuse empruntera un vol commercial pendant une tournée. Sa maison de disques, Island Records, ne souhaite plus prendre de risques inutiles. Tyler James, son copain d’enfance, assistait à la scène, qu’il décrit dans son livre « My Amy. The Life We Shared » (éd. Macmillan). L’histoire de deux amis coincés dans une spirale de célébrité, d’argent et d’autodestruction dont lui seul réchappera. Si Tyler James ne blâme personne pour la chute libre d’Amy, il dénonce un système pernicieux qui a laissé la chanteuse dériver aux yeux de tous, sans intervention extérieure sérieuse, parce que miss Winehouse rapportait des tonnes de sous. « Je m’en fous si elle tombe raide morte, je veux juste ma putain(...)

Lire la suite sur Paris Match

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles