Amour. En Roumanie, les couples binationaux revendiquent le droit de se voir malgré la pandémie

Libertatea (Bucarest)
·2 min de lecture

De nombreux Roumains sont en couple avec des personnes de nationalités différentes. Une situation compliquée par la pandémie de Covid-19 et les fermetures de frontières qui en découlent, rappelle le journal de Bucarest Libertatea. Alors, voulant suivre l’exemple allemand, les Roumains souhaitent faire valoir leur droit à l’amour.

On raconte que l’amour n’a pas de frontières, mais la pandémie et la bureaucratie lui causent bien du souci. “On recense aujourd’hui dans le monde des milliers de couples binationaux non mariéset parmi eux de nombreux couples comprenant des Roumains, qui se retrouvent séparés par la loi et les frontières”, explique le quotidien roumain Libertatea, citant les données du site roumain Travel Media.

Des couples, lit-on plus loin, qui, pour certains, ne se sont pas vus depuis neuf mois déjà, des couples dont le quotidien est fait d’espoir, de vidéos sur WhatsApp et parfois de démarches pour faire reconnaître leur amour. Car si la plupart des pays européens ont rouvert leurs frontières après juin 2020, d’autres pays dans le monde ne l’ont pas fait totalement, contraignant à une séparation douloureuse les couples qui ne sont pas mariés.

Nous avons eu vent de l’initiative d’un député européen allemand, Moritz Körner, qui avait réussi à obtenir que son pays […] mette en place des solutions afin que les Allemands puissent accueillir leur conjoint, du moment qu’il était prouvé qu’ils étaient en couple [les partenaires de ces Allemands qui vivaient dans un pays extérieur à l’UE ont pu rendre visite à leur conjoint en démontrant, à l’aide de photos, de lettres, etc., que leur couple existait bel et bien]”, raconte Michele Pereira, une Brésilienne dont le compagnon vit en Roumanie.

Nous avons écrit à Moritz Körner, qui nous a recommandé de nous adresser à ses collègues eurodéputés roumains. L’un d’entre eux nous a

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :