Amour, amitié, travail : notre cerveau choisit-il nos relations à notre insu ?

La rédaction d'Allodocteurs.fr

Il y a de plus en plus de recherches qui montrent qu’alors que nous ne nous en rendons pas du tout compte, nous avons tendance à calquer nos gestes, nos expressions, notre voix et l’ensemble de notre comportement sur les personnes avec qui nous interagissons.

D’où le fait que nous pouvons avoir des fou-rires communicatifs ou bailler de manière contagieuse.

Ce que l’on commence seulement à comprendre, c’est que ces comportements d’adaptation sont probablement le fait d’une synchronisation au niveau cérébral.

Mesurer ces phénomènes

On peut utiliser l’imagerie fonctionnelle, et on est maintenant capable de faire des expériences d’hyperscanning. Dans ces expériences, on enregistre l’activité cérébrale de deux personnes en même temps.

Ceci est particulièrement intéressant pour enregistrer simultanément l’activité cérébrale de deux personnes qui sont en train d’interagir. Ces expériences ont récemment montré que lorsque deux personnes sont en train d’échanger, leurs activités cérébrales vont se synchroniser, en particulier si elles sont proches.

Un lien parental particulier

Cette synchronisation s’opère de manière particulièrement importante entre un parent et son enfant, lorsqu’ils sont en train de jouer par exemple, mais disparait si l’enfant joue avec un adulte étranger ou s’il ne joue pas de manière collaborative mais de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi