Amnesty accuse l'armée ukrainienne de mise en danger des civils, l'Ukraine «indignée»

L'ONG de défense des droits humains affirme que des militaires ukrainiens ont mis des civils en danger en établissant des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux et en lançant des attaques depuis des zones peuplées pour repousser l'invasion russe.

Entre avril et juillet, des chercheurs d'Amnesty International ont enquêté sur les frappes russes dans les régions de Kharkiv (à l'Est), du Donbass et de Mykolaïv (au Sud-Est), inspectant les sites touchés par des frappes et interrogeant des rescapés, des témoins et des proches de victimes.

Selon l'ONG, ces chercheurs ont trouvé des preuves que les forces ukrainiennes lançaient des frappes à partir de zones résidentielles peuplées et avaient établi des bases dans des bâtiments civils dans 19 villes et villages de ces régions.

La plupart des zones résidentielles où se trouvaient les soldats étaient situées à des kilomètres des lignes de front, note Amnesty, soulignant que d'autres options qui n'auraient pas mis en danger les civils - comme des bases militaires ou des zones densément boisées à proximité - étaient possibles.

L'ONG indique qu'à sa connaissance, les soldats qui se sont installés dans ces zones d'habitation n'ont pas demandé aux civils d'évacuer. Elle affirme que les forces ukrainiennes ont établi des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux, des tactiques violent le droit international humanitaire, avertit l'ONG dans un communiqué.

« Cessez de créer cette fausse réalité, où tout le monde est un peu coupable de quelque chose, et commencez à rapporter systématiquement la vérité sur ce que la Russie représente réellement aujourd'hui », ajoute-t-il.

(Avec AFP)


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles