Ammar Almamoun Syrie

Libération.fr

Il dit ne pas être nostalgique. Sa nouvelle vie, qu’il construit ici depuis deux ans, est une «libération». On lui demande pourquoi la France. Il répond : «Ah non pas la France. J’ai choisi Paris.» Il raconte à quel point cette ville est comme il l’imaginait : «Identique à mon fantasme, avec cette structure culturelle très forte. C’est sûr, je mourrai dans cette ville.» A Damas, Ammar, 27 ans, était artiste de performance et journaliste culturel. Il s’est inscrit en master d’études culturelles.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Adjim Danngar Tchad
Rooh Shahsavar Iran
Arman Tajiki Afghanistan
Carlos Arbeláez Colombie
«Dès qu’une parcelle se libère, on est cinq dessus»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages