"Amicalité", hostilité et gros marchés : on vous explique la tentative d'OPA de Veolia sur Suez

franceinfo
·1 min de lecture

"Le capitalisme français, ça ne peut pas être la guerre de tous contre tous." Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a appelé à la "raison" et à la "sagesse", lundi 8 février, après l'annonce la veille d'une OPA hostile de Veolia sur son concurrent Suez. Derrière ce bras de fer entre les deux géants hexagonaux de l'eau et des déchets, qui dure depuis de longs mois, "c'est la vie quotidienne des Français dans des dizaines de milliers de communes" qui est en jeu, a insisté le patron de Bercy, agacé, sur Europe 1.

Dès lundi matin, la justice a suspendu cette opération. Dans la journée, la direction de Suez et les syndicats de l'entreprise ont brandi leurs boucliers face au numéro un mondial du secteur. Difficile d'y voir clair dans cette affaire ? Pour vous aider à analyser ce choc des titans (27 milliards de chiffre d'affaires pour Veolia, 18 milliards pour Suez), franceinfo vous explique les trois lettres au cœur du nouveau round : OPA.

C'est quoi, une OPA ?

Une offre publique d'achat est une opération destinée à racheter une entreprise cotée en Bourse. Les sommes en jeu étant importantes, la procédure est très encadrée, avec des règles plus compliquées que si vous cherchez simplement à racheter votre boucherie de quartier. Cette procédure est même obligatoire dès lors qu'il s'agit de prendre le contrôle d'au moins 30% du capital de l'entreprise ciblée. Dans le cas présent, Veolia lorgne en l'occurrence sur les 70,1% de Suez qu'elle ne détient pas encore.

En pratique, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi