Amiante : "Il y a une volonté des pouvoirs publics qu'il n'y ait pas de procès pénal"

franceinfo
Michel Parigot, président du Comité anti-amiante de Jussieu, revient sur franceinfo mercredi sur la citation directe collective que pourrait déposer son association auprès du parquet de Paris pour trouver une issue à l'impasse judiciaire à laquelle ils sont confrontés, 22 ans après les premières plaintes.

L’Association des victimes de l’amiante et des autres polluants (AVA) et ses avocats ont annoncé mardi 8 janvier leur intention de déposer dans les prochaines semaines une citation directe collective au parquet de Paris, pour sortir ces dossiers de l’impasse judiciaire dans laquelle ils s’enlisent plus de 22 ans après les premières plaintes. "Il y a une volonté des pouvoirs publics qu'il n'y ait pas de procès pénal", a expliqué sur franceinfo Michel Parigot, président du Comité anti-amiante de Jussieu, au sein de l’Association nationale des victimes de l’amiante et autres polluants (AVA).

franceinfo : Qu'espérez-vous ?

Michel Parigot : C'est une réflexion que l'on a depuis plusieurs années. Cela fait 23 ans que l'on instruit ce dossier et depuis cinq ans les juges d'instruction ne font plus aucun acte d'enquête alors que des points essentiels n'ont même pas fait l'objet d'une instruction. Il y a une volonté évidente qu'il n'y ait pas de procès pénal de l'amiante. C'est une volonté des pouvoirs publics et de l'institution judiciaire. On a même des interventions de M. Molins qui nous disait de ne pas nous porter partie civile. Donc, il y a vraiment une volonté qu'il n'y ait pas de procès pénal de l'amiante. Le problème, c'est que c'est une des plus grandes catastrophes sanitaires en France, c'était une catastrophe évitable. Pourquoi n'y aurait-il pas de procès (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi