Amiante à l'école : 13 associations réclament un « plan d’action »

La rédaction d'Allodocteurs.fr

La grande majorité des écoles françaises ont été construites avant 1997, date de l’interdiction de l’amiante dans les bâtiments publics. Aujourd’hui de plus en plus vétustes, les plafonds et les sols de ces établissements scolaires libèrent des fibres cancérogènes. Treize associations alertent les pouvoirs publics dans une tribune publiée dans le journal Libération, le 26 novembre 2019.

« Maintenant on est dans une zone rouge »

Pour Alain Bobbio, secrétaire général de l’Andeva, la France atteint une situation critique : « L’amiante est un matériau qui vieillit mal. Donc en vieillissant il libère des fibres et se dégrade. C’est à ce moment-là que c’est dangereux. Et vous avez malheureusement des établissements qui ont été construits dans les années 60, 70, c’est-à-dire à l’époque du « tout-amiante ». On en mettait absolument partout. Et bien, de nombreuses décennies ont passés et maintenant on est dans la zone rouge. »

Les élèves, les agents de services et les professeurs sont particulièrement exposés à cette fibre cancérogène. Selon une enquête de Santé Publique France, chaque année, entre 20 et 60 enseignants sont touchés par un cancer de la plèvre, dit aussi mésothéliome. Cette maladie est très spécifique à l’amiante.

Le mésothéliome, le cancer de l'amiante

L’amiante peut aussi provoquer des fibroses pulmonaires et des cancers du poumon mais en cas de mésothéliome, les pronostics sont (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi