Une amende pour port du voile : itinéraire d'une fake news

·1 min de lecture

En plein débat du projet de loi confortant le respect des principes de la République, une rumeur selon laquelle le texte sanctionnerait de 1 500 euros le port du voile en public a circulé massivement sur les réseaux sociaux. Une fausse information dérivée d'un article truffé d'inexactitudes publié par un média féministe.

Même Marlène Schiappa a dû démentir. Ces derniers jours, une rumeur circulait sur les réseaux sociaux selon laquelle le projet de loi séparatisme, renommé "confortant le respect des principes de la République" instituerait, s'il était adopté, une amende de 1 500 euros pour port du voile en public. Une fausse information qui a été partagée des dizaines de milliers de fois sur Twitter. À l'origine de cet emballement : un article et des visuels d'une association féministe qui multiplient les inexactitudes."Est ce qu’ils réfléchissent par le cerveau ou ?" se demandait une internaute sur Twitter le 5 février. La raison de cette indignation : une prétendue disposition de la loi séparatisme. "Amende à 1 500 € si tu portes ton voiles en public, si la loi passe. Contre 135€ d’amandes si tu met pas ton masques qui résulte quand même d’une ÉPIDÉMIE MONDIALE QUI TUE DES MILLIERS DE GENS CHAQUE JOURS." s'insurgeait-elle dans son tweet, partagé des dizaines de milliers de fois avant d'être supprimé. En dessous de son post, l'internaute joignait plusieurs visuels affirmant, au choix, "si la loi séparatisme est votée, ça veut dire marginalisation des musulman e s"...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République

20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?

Projet de loi contre les "séparatismes", 20 milliards pour l'écologie, plan jeunesse : le discours de politique générale de Jean Castex