Amende de la CNIL à Google d'un montant de 50 millions d'euros

Grégory Rozières / avec AFP
1 / 2

Amende de la CNIL à Google d'un montant de 50 millions d'euros

Avec cette amende de 50 millions d'euros adressée à Google, la Cnil est la première instance de régulation à sanctionner une grande plateforme suite au nouveau règlement de protection des données personnelles.

TECHNO - C'est une amende record que la Cnil, le gendarme français des données personnelles, a infligé à Google ce lundi 19 janvier. Le moteur de recherche a été condamné à payer 50 millions d'euros pour ne pas informer suffisamment clairement ses utilisateurs sur l'exploitation de leurs données personnelles.

La Commission nationale de l'informatique et des libertés devient ainsi la première instance de régulation européenne à sanctionner une grande plateforme internet mondiale en utilisant les dispositions du nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) entré en vigueur le 25 mai.

Le nouveau texte permet d'infliger des sanctions allant jusqu'à 4% du chiffre d'affaires mondial pour manquement aux obligations de protection des données personnelles des citoyens européens.

Interrogé par Le HuffPost, un porte-parole de Google a répondu: "Les utilisateurs s'attendent à des standards élevés de transparence et de contrôle de notre part. Nous sommes déterminés à répondre à ces attentes et aux exigences de consentement du RGPD. Nous étudions la décision de la CNIL afin de déterminer les prochaines étapes". Si Google veut faire appel de cette sanction, il devra saisir le Conseil d'Etat.

La sanction fait suite à deux plaintes séparées déposées à la Cnil contre Google par deux associations de défense des internautes, la Quadrature du Net (France), et None Of Your Business (NOYB), fondée par le militant autrichien de la protection des données Max Schrems.

Google informe, mais pas de manière claire

Pour son enquête, la Cnil a accompli le parcours que doit faire un nouvel utilisateur de smartphone Android (le système d'exploitation pour smartphone de Google), pour établir un compte Google et se servir de son appareil.

"Nous ne nions pas que Google informe" l'utilisateur qui ouvre un compte de l'exploitation qui sera faite de ses données, a expliqué à l'AFP Mathias Moulin, le directeur de la protection des droits et des sanctions à la... Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Cette vidéo pourrait également vous intéresser :