Amende annulée pour des étudiantes qui avaient dessiné un clitoris à la craie à Genève

Lucie Cayrol
Le clitoris dessiné par les deux étudiantes, sur le sol du Jardin Anglais à Genève, Suisse.

INSOLITE - La ville de Genève supporte assez mal graffitis et autres actes de vandalisme. Après avoir dessiné un clitoris à la craie sur le quai face au fameux jet, le 19 avril dernier, deux étudiantes avaient reçu une amende d'environs 90 euros pour "utilisation du domaine public excédant l'usage commun, sans demande préalable d'autorisation".

Mais la ville de Genève vient d'annuler la sanction, dont elle a jugé l'appréciation par la police municipale "trop stricte", selon la Tribune de Genève.

Il faut dire que le collectif féministe suisse l'Escouade avait répondu à la mairie dans un post Facebook, le 19 juin dernier. Elles y dénonçaient entre autres "une manifestation supplémentaire du tabou autour de la sexualité féminine" ainsi que "le questionnement" autour "du droit à la liberté d'expression".

Ce sont finalement deux conseillères municipales qui se sont emparées de l'affaire suite à la demande de reconsidération de la sanction de la part des deux étudiantes. "Il faut que l'ordre règne sur la voie publique et que les APM (police municipale) fassent leur travail mais toute proportion gardée... on parlait d'un dessin à la craie" a expliqué Sophie Courvoisier, élue, à la Tribune de Genève.

Le dessin des jeunes filles s'inscrivait dans le mouvement "Clitorisity", qui consiste à célébrer et à informer les passant sur le clitoris en le dessinant sur le sol. Très présent aux Etats-Unis, le mouvement arrive progressivement en Europe, comme sur cette photo à Porto, au Portugal.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post