Ambroise Fayolle: «L’Afrique reste une priorité» pour la Banque européenne d’investissement

L’Union européenne est présente sur le continent africain par sa diplomatie, mais également par ses investissements. Dans le cadre de sa stratégie Global Gateway, l’UE a fait la promesse d’investissements à hauteur de 150 milliards d'euros pour l'Afrique d'ici à 2030, pour financer de grands projets d’énergies renouvelables, l'accès aux réseaux internet, aux transports, à la production de vaccins ou à l'éducation. Un effort auquel contribue la Banque européenne d’investissement (BEI), dont près de la moitié de ses activités se concentrent sur le continent. Ambroise Fayolle, son vice-président était en Côte d’Ivoire récemment pour renforcer ses engagements dans le développement de la filière du cacao durable. Il revient sur la stratégie de la BEI sur le continent.

RFI : Est-ce que le continent africain est une priorité pour la Banque européenne d’investissement ?

Ambroise Fayolle : L’Afrique reste une priorité pour l'action que nous pouvons avoir en dehors d'Europe. D'ailleurs, c'est le premier continent sur lequel la BEI a investi en 2023 pour à peu près 4 milliards d'euros, ce qui fait à peu près 40% de tous les investissements qu'on a faits en dehors d'Europe. Les secteurs prioritaires sont les secteurs prioritaires pour les pays dans lesquels nous investissons pour nos partenaires. Ça va de la mobilité urbaine, des transports, de l'eau, tout ce qui concerne l'énergie, et notamment l'énergie propre et renouvelable, à des problématiques plus liées au développement de l'activité économique, comme c'est le cas en Côte d'Ivoire dans le projet que nous avons financé.

Comment se finance la BEI ?


Lire la suite sur RFI