Les ambitions de l'Egypte dans le tourisme médical

Pierre Magnan
L'Egypte souhaite construire une capitale pour le tourisme médical qui serait la plus grande d'Egypte, du Moyen-Orient, et même d'Afrique.

Quelque 20 milliards de livres égyptiennes (un peu plus d’un milliard d’euros) devraient être dépensés pour un projet de cité médicale prévu à Badr City, à l’est du Caire. Elle "comprendra 13 instituts médicaux spécialisés d’une capacité de 2000 lits, un héliport, un hôpital universitaire, des jardins de guérison naturels et une pépinière", a déclaré le président de la ville de Badr, cité par le Daily News d’Egypte. L'idée est de créer un lieu de soins ouvert aux voyageurs du monde entier. 10% des lits devraient être réservés aux Egyptiens défavorisés, a précisé le Secrétaire général de l'université de Badr dans le journal Egypt Independent.

Pour l’instant, cette cité médicale n’est qu’au stade de projet et ne devrait pas voir le jour avant cinq ans. L'enjeu est cependant important, car le tourisme médical peut être une source de revenus et de devises importante.


Le tourisme thérapeutique occupe déjà une place importante en Egypte où il existe près de 1346 sites médicalisés. Où sont pratiquées des cures à base de traitements naturels par les rayons du soleil, l’eau minérale, les dunes argileuses ou sablonneuses. Parmi ces sites égyptiens figurent Helwan et Safaga, sur la mer Rouge, réputés pour le traitement des maladies de la peau et notamment du psoriasis. Les lieux de cure ont des noms qui font rêver : bain de pharaon (hammam Feraoun), sources de Moïse (Oyoun Moussa) et Ras Sidr (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi