Amanda Sthers installée à l'étranger avec Oscar et Léon, loin de Patrick Bruel

Il n'y a pas que la crise de la Covid-19, les confinements et les couvre-feux qui ont donné des envies d'ailleurs aux Français. À l'heure où certains quittent tout pour épouser une toute nouvelle vie au vert après des mois enfermés dans un appartement, Amanda Sthers, elle, ne semble pas près de bouger. Depuis 2016, l'auteure de talent, dont le dernier roman Le café suspendu est disponible depuis le 4 mai aux éditions Grasset, est une citoyenne américaine. La belle a lâché Paris, ses amis et ses repères pour tout recommencer à zéro. Le déclic ? Un certain 13 novembre...

Le soir du 13 novembre 2015, Amanda Sthers pense passer une soirée de rêve dans les tribunes du Stade de France avec ses fils pour le match France-Allemagne. La rencontre va virer au cauchemar. Cette nuit dramatique, personne ne l'a oubliée. Amanda Sthers a donc décidé de prendre ses distances avec Paris en partant vivre à des milliers de kilomètres de là, à Los Angeles. Un nouveau départ seule ou presque puisque dans sa course, la scénariste de 44 ans a emmené Oscar, 19 ans et Léon, 16 ans, les enfants qu'elle a eus avec Patrick Bruel.

"Elle devait ne rester qu'une année. Elle y est toujours et ses enfants font leurs études là-bas", explique Le Figaro dans le portrait qu'il consacre à Amanda Sthers. Le retour en France n'est pas prévu pour l'instant. Privé de ses enfants au quotidien, Patrick Bruel en veut-il à son ex-femme de l'avoir éloigné de...

Lire la suite


À lire aussi

Jamel Debbouze et son fils Léon aux côtés de Marc Ladreit de Lacharrière pour le show Mbappé !
Christine Bravo installée en Corse, partage des photos : "Ma vraie vie commence"
Gabriella et Jacques de Monaco comblés avec leur papa : séjour féérique loin du Rocher, Charlene grande absente

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles