"Amanda", de Mikhaël Hers : un grand film sur les conséquences du terrorisme a découvrir sur Arte

·1 min de lecture

En 2018, le talentueux Mikhaël Hers signait "Amanda" : un film bouleversant sur un jeune Parisien en deuil de sa sœur, victime d’un attentat. Cette fiction infiniment précieuse, diffusée ce soir en prime time sur Arte, incite à revisiter les films français qui, pour le meilleur et pour le pire, ont évoqué le terrorisme et ses ravages.

David, 24 ans, un jeune Parisien parmi d’autres, ne semble vivre que pour profiter du moment présent. Insouciant et épicurien, il enchaîne les petits boulots sans se soucier du lendemain, adore déambuler à vélo dans les rues de la capitale et entretient de douces relations avec ses proches : Sandrine, sa sœur aînée, ses copains, ses petites amies de passage. Paris est-il toujours une fête ? Pas sûr… Le quotidien de David bascule tragiquement quand Sandrine décède suite à un attentat qui ensanglante la capitale. En charge de la fille de cette dernière - Amanda, 7 ans - David, forcé et contraint, doit envisager son présent et son futur avec un tout autre regard. Elevant seul la gamine orpheline et traumatisée, le héros mal-en-point, malgré son jeune âge, tente de s’acquitter de ses écrasantes responsabilités et cherche du réconfort auprès de sa tante, le seul membre de sa famille qui vit à Paris, et de Léna, une jeune fille qu’il vient de rencontrer et dont il est secrètement tombé amoureux.La prime au murmureAvec “Amanda”, un film réalisé en 2018 et diffusé ce soir en prime time sur Arte, Mikhaël Hers (également auteur de “Memory Lane”...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République