Amanda (Arte) - Vincent Lacoste : "Je n’avais jamais fait ce genre de film et de rôle"

·1 min de lecture

"T’inquiète pas, ça va bien se passer !", lance le réalisateur, Mikhaël Hers, à Vincent Lacoste. À l’image des personnages qu’il incarne, avec une sympathique désinvolture, depuis Les Beaux Gosses (2009), le comédien est, d’ordinaire, du genre cool. Chez lui, la décontraction juvénile n’a rien d’une composition. Mais, avec ce mélodrame, il explore, pour la première fois, une palette de jeu tout en émotions. "C’est aussi pour ça que j’avais envie d’y aller : parce que je n’avais jamais fait ce genre de film et de rôle. Mais ça me faisait aussi très peur. C’est pourquoi j’ai prévenu Mikhaël Hers, en lui disant : “Je ne te promets rien !” " Vincent s’est révélé aussi bon et naturel qu’à l’accoutumée.

À lire également

Amanda (Arte) : Les débuts d'Isaure Multrier, la fille d’Alexia Laroche-Joubert

Une infinie délicatesse

Dans Amanda, il campe David, un garçon de 24 ans encore bien scotché dans l’adolescence : petits boulots, insouciance et, surtout, zéro engagement. Du jour au lendemain, il se retrouve responsable de sa nièce de 7 ans, Amanda. Sandrine, sa mère (jouée par Ophélia Kolb, ndlr), vient de trouver la mort dans un attentat.

"Ce jeune homme doit affronter la tris... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi