Amérique du Sud : des juments fécondées et avortées à vif plusieurs fois par an pour des prélèvements de sang

franceinfo
Amérique du Sud : des juments fécondées et avortées à vif plusieurs fois par an pour des prélèvements de sang

C'est un business macabre que révèlent deux associations de défense animale, TSB en Suisse et AWF, en Allemagne, dans une enquête dévoilée par Libération, vendredi 6 octobre. En Argentine et en Uruguay, des fermes prélèvent le sang de juments enceintes. Pourquoi ? "Durant leur gestation, entre le 40e et le 120e jour environ, les juments produisent une hormone spécifique qui intéresse beaucoup l'industrie pharmaceutique ; une hormone largement utilisée dans les élevages car elle permet de programmer les naissances", écrit le quotidien. Franceinfo revient sur cette enquête glaçante qui concerne particulièrement la France.

Que revèle l'enquête des deux associations de défense des animaux ?

Des juments maigres, malades ou blessées. Sur le sol, des squelettes et des cadavres. Les images tournées par les deux associations ne reflètent cependant pas toute la réalité du calvaire que vivent ces animaux. D'après TSB et AWF, durant plus de deux mois, à raison d'une à deux fois par semaine, ces juments se voient prélever jusqu'à 10 litres de sang. Lorsque la fameuse hormone n'est plus secrétée par leur placenta, les juments sont avortées manuellement à trois mois et demi de grossesse et sans anesthésie. Elles sont alors de nouveau fécondées. Conséquence : ces dernières sont pleines plusieurs fois par an alors qu'une gestation normale dure onze mois.

Ce procédé n'a qu'un temps. "Au bout de trois à quatre ans, les juments qui ont survécu à ces années de maltraitances, épûisées et stériles partent à l'abattoir pour alimenter le commece de la viande chevaline, exportée notamment vers la France", explique à Libération, Adeline Colonat, chargée de communication éditoriale à Welfarm, une association dédiée à la protection des animaux de ferme. Selon elle, plus de 10 000 juments sont exploitées pour leur (...) Lire la suite sur Francetv info

VIDEO. Dian Fossey, spécialiste en gorilles
Une ONG alerte sur les dangers des selfies de touristes qui posent avec des animaux sauvages
L’échidné, cet étrange petit mammifère qui pond des œufs
Israël : ces loups qui n’ont plus peur de l’Homme
Haut-Rhin : comment Coco le cerf a semé la zizanie dans un village

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages