« “Amélie Poulain” fait écho à toutes les peurs d’aujourd’hui »

Par Damien Leblanc
·1 min de lecture
Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain. Le film qui catapulta Audrey Tautou sous les feux de la rampe, dans le rôle d'une serveuse de bar repliée sur elle-même et qui apprendra peu à peu à s'ouvrir à l'autre.
Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain. Le film qui catapulta Audrey Tautou sous les feux de la rampe, dans le rôle d'une serveuse de bar repliée sur elle-même et qui apprendra peu à peu à s'ouvrir à l'autre.

Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain a déjà vingt ans. Véritable phénomène de société en France, où il sortit au cinéma le 25 avril 2001 et s'envola bien au-delà des huit millions d'entrées, le film de Jean-Pierre Jeunet séduisit aussi le reste du monde au point de devenir le deuxième plus gros succès international de l'histoire pour un film français en langue française. Accessoirement, il entraîna un afflux colossal de visiteurs curieux du monde entier au café des deux Moulins, à Paris, où se déroulent de nombreuses scènes du récit. Les aventures d'Amélie, serveuse introvertie vivant à Montmartre et décidant de semer discrètement le bonheur autour d'elle, restent encore aujourd'hui un fort marqueur du cinéma français au sujet duquel les cinéphiles aiment s'écharper gaiement. Le script de ce film à l'impact colossal, écrit à quatre mains par Jeunet et un scénariste alors débutant, Guillaume Laurant, a pourtant failli rester dans un tiroir, refusé par deux producteurs successifs, avant d'être adopté chez UGC. Un bonheur pour Laurant, qui avait mis beaucoup d'éléments personnels dans le scénario (récompensé d'un Bafta en 2002) et vécut donc un baptême du feu idyllique.

Fort de ce triomphe, cet autodidacte de l'écriture a coécrit tous les films suivants de Jean-Pierre Jeunet, ainsi que le récent J'ai perdu mon corps (film d'animation adapté de son propre roman Happy Hand), qui lui a valu une nomination aux César 2020. En revoyant en 2021 Le Fabuleux Destin d'Am [...] Lire la suite