Amélie de Montchalin et "l'entre-soi" de l'ENA : la paille et la poutre version start-up nation

·1 min de lecture

"Mon enjeu, c'est de supprimer l'entre-soi, c'est de supprimer le corporatisme, c'est de supprimer tout ce qui ne va pas", a expliqué la ministre de la Transformation et de la Fonction publique ce jeudi 11 février sur BFMTV, à propos de la réforme de l'ENA. En matière d'entre-soi, Amélie de Montchalin, ancienne d'HEC et d'Axa, sait de quoi elle parle : cela ne l'empêche pas de verser dans la démagogie.

C'est bien connu, l'ENA est la source de tous les maux de la France : si la haute fonction publique est en crise, ce n'est ni le résultat de la dévalorisation du service public, ni celui de la perte des moyens d'action de l'État, mais bien à cause de cette institution honnie. Après avoir envisagé de supprimer l'école, l'exécutif souhaite désormais la transformer de fond en comble. Une mission à laquelle Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publique s'est attelée avec ferveur, comme elle l'a encore assuré ce jeudi 11 février sur BFMTV. Et tant pis si certains des changements envisagés ne feraient que transformer l'École Nationale d'Administration en ersatz de business school : tant que la démagogie va, tout va.Que l'ENA soit une institution perfectible, trop homogène socialement et idéologiquement, parfois déconnectée du vrai monde de la réalité véritable, soit. Ce constat n'empêche pas d'être circonspect, voire franchement dubitatif, en entendant la ministre débiter ses éléments de langage. "Mon enjeu, c'est de supprimer l'entre-soi,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Remilk" : une start-up israélienne annonce avoir fabriqué un lait de synthèse

Hold-Up : "Ce qui est à l’œuvre, c’est l’expression d’une scission, qui, depuis longtemps, germe dans la société"

Du "Jour du Seigneur" à "Hold-up" : Pierre Barnérias, un réalisateur électron libre

"Hold-up": les questions interdites et les réponses délirantes