Alzheimer : la piste infectieuse

Joel Belmin

Les publications scientifiques concernant la maladie d’Alzheimer se succèdent : plus de 17 000 depuis le début de l’année. Mais celles qui font parler sont plus rares. C’est le cas d’une étude très convaincante publiée le 21 juin dernier dans la revue Neuron : elle met en évidence la présence de virus dans le cerveau des patients.

Article initialement publié sur The Conversation

La maladie d’Alzheimer touche plus d’un million de personnes en France et environ 40 millions d’individus dans le monde. Du fait du vieillissement de la population, le nombre de cas est croissant et une forte progression est attendue dans les deux prochaines décennies. Cette maladie d’évolution lente et progressive entraîne des perturbations du fonctionnement de la mémoire et des autres fonctions cognitives et une perte des capacités du malade à réaliser les gestes courants de la vie quotidienne ; aussi, elle aboutit à une dépendance vis-à-vis de l’entourage. Elle a d’autres conséquences comme des troubles du comportement, des troubles nutritionnels, des chutes ou encore des états dépressifs, ainsi qu’une diminution de l’espérance de vie par rapport aux personnes de même âge n’ayant pas cette maladie.

Une pathologie qui reste mystérieuse

Malgré d’intenses recherches, la, ou les causes de la maladie d’Alzheimer ne sont pas élucidées et cela limite considérablement la mise au point de stratégies thérapeutiques efficaces. Depuis les observations d’Alois Alzheimer au début du XXème siècle, la recherche sur l’origine de la maladie s’est focalisée sur la formation des lésions cérébrales observables au microscope : les plaques amyloides et les amas neurofibrillaires.

Les plaques amyloïdes sont formées du dépôt d’une petite molécule que l’on appelle le peptide A-Bêta ou encore le peptide bêta-amyloïde. Ces peptides s’agrègent les uns aux autres pour former des dépôts inter-cellulaires. Ils proviennent (...)lire la suite sur Atlantico

Alzheimer : pourquoi l’industrie pharmaceutique se désengage de la recherche sur un traitement
Alzheimer : les « pacemakers » pour le cerveau, un espoir... à consommer avec modération
Agnès Buzyn signe la fin du remboursement des médicaments anti-Alzheimer