Alzheimer : dormir moins de 7 heures peut augmenter le risque de développer la maladie

Head shot frustrated middle aged mature retired woman with walking disability holding hands on wooden stick, looking in distance, feeling lonely at home or suffering from depression, ageing concept. (fizkes via Getty Images)

On ne le dira jamais assez : bien dormir est essentiel, et pour cause. Un manque de sommeil pourrait augmenter le risque de développer la maladie d’Alzheimer, selon les conclusions d’une nouvelle étude scientifique.

On le sait, dormir suffisamment permet à l’organisme de récupérer sur le plan physique et mental. Ce que l’on sait moins, c’est qu’un manque de sommeil pourrait augmenter le risque de développer la maladie d’Alzheimer, selon une nouvelle étude publiée dans Brain Communications et relayée par le Sun.

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont analysé le liquide céphalo-rachidien de 332 participants et se sont aperçus que ceux qui dormaient moins de 7 heures avaient des niveaux accrus de protéines t-tau, un biomarqueurs clé pour mesurer le risque d'Alzheimer. Pour la chercheuse Laura Stankeviciute de la Fundación Pasqual Maragall, à Barcelone, cette nouvelle étude renforce donc l'hypothèse selon laquelle les perturbations du sommeil pourraient représenter un facteur de risque pour la maladie d'Alzheimer. Elle appelle à mener des "recherches supplémentaires" sur les moyens d’améliorer le sommeil afin d’enrayer ce processus.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Pour éviter la maladie d’Alzheimer, il y a un certain nombre de choses que l’on maîtrise, que l’on peut faire"

Des conséquences dévastatrices

Par le passé, des recherches avaient déjà mis en lumière les conséquences dévastatrices d’une mauvaise nuit sur la santé. Il avait notamment été prouvé qu’un manque de sommeil (dormir cinq heures ou moins par nuit) pouvait exposer les individus à un risque plus élevé de développer plusieurs maladies chroniques telles que les maladies cardiaques, la dépression, le cancer ou le diabète.

Pour rappel, la maladie d’Alzheimer est une pathologie neurodégénérative qui entraîne un dysfonctionnement des connexions entre les neurones. Environ 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année en France. Si la maladie frappe le plus souvent des personnes âgées, elle peut aussi survenir beaucoup plus tôt. Selon les chiffres rapportés par la Fondation Recherche Alzheimer, 33 000 patients, aujourd’hui âgés de moins de 60 ans, en sont atteints.

VIDÉO - Parkinson, Alzheimer, épilepsie : comment repérer les premiers signes