Altice en proie à «l’effet Streisand» : ces informations que Patrick Drahi voulait cacher

© ERIC PIERMONT / AFP

L’effet Streisand est quand on veut empêcher une information de sortir, qu’on préfère la garder secrète mais que cela produit l’effet inverse : l’information touche finalement beaucoup plus de monde que si elle avait été simplement publiée, sans tenter de la cacher. C’est ce qui arrive à Altice, le groupe de Patrick Drahi.

Des articles dévoilant le train de vie du milliardaire

Il a poursuivi en justice le site d’information Reflets pour avoir publié des articles basés sur des documents volés. Non pas par les journalistes, mais par des pirates informatiques qui les avaient mis en ligne à la disposition de tous. Ces articles dévoilaient notamment le train de vie du milliardaire. Altice a voulu les faire supprimer et empêcher que les journalistes n’en publient d’autres à partir des données piratées.

>> Retrouvez Philippe Vandel et Culture-Médias tous les jours de 9h à 11h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

La justice n’a pas demandé de supprimer les articles déjà publiés mais a décidé d’interdire la publication de futurs articles. Une décision décriée par de nombreux médias, journalistes et syndicats.  Résultat : les révélations des articles ont bénéficié d’un coup de projecteur. En un mois, le compte Twitter de Reflets aurait touché au total trois millions de personnes, principalement sur les contenus qui parlaient d’Altice.

Reflets a gagné en visibilité grâce à cette affaire

D’habitude, c’est dix fois moins. En un mois, environ 300.000 personnes lisent ...


Lire la suite sur Europe1