Alsace : les sapeurs-pompiers volontaires mobilisés

À Ottrott (Bas-Rhin), Quentin Fonteny-Rampal, réceptionneur chez un grossiste de viande, est également sapeur-pompier volontaire. Il mène ainsi deux vies bien différentes dans la même journée. C'est également le cas de Sébastien Gies, employé d'une entreprise de robinetterie. Il porte son bip de pompier sur lui à tout moment. "Il va m'alerter dès qu'il y a une intervention qui se déclenche pour le centre de Wasselonne, et c'est à ce moment-là que je vais quitter mon poste de travail et que je vais rejoindre la caserne", confie-t-il. 6 700 volontaires en Alsace Dans sa voiture, tout son équipement est prêt. Son entreprise compte dans ses effectifs deux pompiers volontaires. C'est à leur demande qu'elle a signé une convention pour leur garantir de pouvoir s'absenter en cas d'alerte. Pour faire tourner la caserne de Wasselonne, il n'y a que des volontaires, et aucun professionnel. Les pompiers volontaires sont parfois de garde, pour une dizaine d'euros de l'heure, ou parfois d'astreinte à la maison ou au travail. Ils sont tous mus par le sens de l'engagement, la passion et l'enrichissement personnel. Mais la formation est essentielle. "On a une formation initiale et après, tout au long de l'année, on suit des formations pour se remettre à niveau et être toujours à jour", explique Maud Cabut, étudiante et sapeur-pompier volontaire. L'Alsace compte environ 6 700 volontaires, soit 85 % des effectifs des pompiers.