Alsace : "Sale bougnoule, sale Arabe", un chauffeur-livreur victime d’insultes racistes et de menaces

·2 min de lecture
Un livreur a subi de violentes insultes racistes après une altercation au volant

Bachir, un chauffeur-livreur de 31 ans, a été violemment insulté et menacé par deux hommes alors qu’il effectuait une livraison près de Strasbourg. De nombreux témoins et une vidéo amateur ont corroboré les propos racistes dont il a fait l’objet.

"Sale bougnoule, sale Arabe, vous foutez la merde constamment dans notre pays, on sait plus quoi faire de vous, il faut vous tuer, il faut vous abattre". Cette phrase choquante est l’une de celles reçues par Bachir mercredi 9 mai sur la route Burkel, près de Strasbourg. Le site Actu Strasbourg rapporte que ce chauffeur-livreur de 31 ans a été la cible de violentes insultes racistes et de menaces alors qu’il était en désaccord avec un automobiliste sur une question de priorité.

Le code de la route n’a pourtant pas grand-chose à faire dans cette histoire. D’après le chauffeur-livreur travaillant pour un sous-traitant de La Poste, son interlocuteur a explosé en quelques secondes et l’a couvert d’insultes plus odieuses les unes que les autres. Les choses ont dégénéré lorsqu’un second homme, installé sur son balcon, en a rajouté une couche : “Il faut vous chasser à la broche” et bien d’autres horreurs.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une vidéo et de nombreux témoins

Malgré les insultes proférées à son encontre, Bachir a réussi à ne pas se mettre en colère et à rester calme. Un comportement salué par les nombreux témoins présents sur place. L’une des voisines a d’ailleurs filmé une partie de l’échange, confirmant au moins les insultes. Ces témoins ont également rapporté à Actu Strasbourg que les deux agresseurs sont bien connus du quartier où ils ont mauvaise réputation.

Bachir a également fait savoir qu’il avait contacté le 17 durant l’altercation mais que l’opérateur lui a répondu que la police n’interviendrait pas. Ce numéro est réservé aux urgences impliquant l’intégrité physique des personnes. Les forces de l’ordre ont cependant incité le chauffeur-livreur à porter plainte au commissariat le plus proche.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles