Alphonse Aubert, la star suédoise qui débarque enfin en France

Par Sophie Pujas
·1 min de lecture

Un musée à sa gloire à Göteborg, une série télévisée, des films, des produits dérivés en pagaille, cinq millions d'albums vendus? Pas de doute, en Suède, Alphonse Aubert est une star. Il faut dire qu'avec son adorable bouille ronde, ce héros jeunesse a beau avoir été imaginé voici cinquante ans par l'autrice-illustratrice Gunila Bergström, il n'a pas pris une ride. Traduit dans une trentaine de langues, il n'avait jamais débarqué en France. C'est désormais chose faite, grâce aux éditions L'Étagère du bas, qui fait paraître deux délicieux albums (sur les 24 que compte la série), dans une traduction de Marianne Ségol-Samoy.

Avec Bonne nuit, Alphonse Aubert et Bien joué, Alphonse Aubert, le charme opère. On y découvre notre jeune héros, 5 ans, épuisant un papa trop gentil à force de demandes pour repousser l'heure de dormir, ou avide de bricoler en cachette avec les clous qu'on lui a interdits. Le ton est aussi singulier qu'irrésistible, l'imaginaire fantasque de l'enfance a la part belle. C'est adorable sans être mièvre. Et, fait appréciable, les parents souriront autant que les enfants, tant les situations restent familières? Deux albums tendres, piquants et joyeux. À quand la suite ?

Bonne nuit, Alphonse Aubert et Bien joué, Alphonse Aubert, albums de Gunilla Bergström, traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy, L'étagère du bas, 28 pages, 12 euros. À partir de 3 ans.