AlphaTauri perd près de 2 M€ par Grand Prix annulé

Christian Nimmervoll

Les neuf premiers Grands Prix au programme de la saison 2020 ont déjà été annulés ou reportés, et d'autres pourraient bien subir le même sort, ce qui pose des problèmes majeurs aux écuries, dont le budget dépend en grande partie du nombre de courses tenues : Liberty Media, propriétaire de la F1, conserve environ 30% des revenus de Formula One Management, tandis que les équipes se partagent les 70% restants selon divers facteurs dont le classement du championnat précédent. Günther Steiner, directeur de , ne le cache pas, interrogé par Auto Motor und Sport : "C'est désormais une question de survie."

Franz Tost, Team Principal Scuderia AlphaTauri

Franz Tost, Team Principal Scuderia AlphaTauri Red Bull Content Pool

Red Bull Content Pool

Une nouvelle réunion de crise a eu lieu lundi (à distance) entre les directeurs d'équipe, la FIA et Liberty Media, et l'idée d'un plafond budgétaire encore plus strict semble s'avérer populaire, par rapport aux 175 M$ (161 M€) actuellement prévus pour 2021 – avec un certain nombre d'exceptions.

"J'estime que les problèmes doivent toujours être abordés de manière positive", indique Steiner. "En même temps, un problème crée également de nouvelles opportunités. Si nous travaillons tous ensemble, si les dix équipes unissent leurs efforts, nous pourrions même nous en sortir dans une meilleure situation. Pour la F1, et pour tous nos employés. Mais il nous faut être réaliste. Nous allons recevoir moins d'argent, mais nous voulons tous survivre. Nous devons accepter des restrictions qui pourraient rendre la F1 plus intéressante à l'avenir."

Lire aussi :

Haas : un départ de la F1 en cas de mauvais début de saison 2020 ? Steiner confiant face à un Gene Haas "complètement engagé"

"Nous ne pouvons pas partir du principe que nous pouvons tout continuer normalement à l'heure actuelle", renchérit Tost. "Il est impossible de continuer à dépenser à ce niveau. Par exemple, est-il encore nécessaire pour nous d'avoir autant de gens dans la soufflerie ? Lors de la vidéoconférence, nous avons dit que nous devrions attendre de voir. Aucune course n'a eu lieu pour l'instant. Nous n'avons pas de revenus. Nous ne savons même pas quel va être l'impact."

"Nous allons attendre de voir quelles courses nous faisons, ainsi que ce que vont être les revenus et les sponsors. Ces derniers vont-ils rester ou partir ? Quelle sera la situation économique globale ? C'est seulement à ce moment-là que nous pourrons parler de plafond budgétaire. Là, on pourrait donner n'importe quel chiffre, mais ce serait une hypothèse."

"Seul Liberty Media peut nous donner un point de départ. Ce sont eux qui sont responsables de l'argent des sponsors, des droits TV, des promoteurs, qui est ensuite réparti entre nous. S'ils ne peuvent pas le répartir, nous n'avons pas grand-chose à dépenser." À suivre...