Alphadi : « L’Afrique peut vraiment vivre de son art »

Pour Alphadi, « il est temps que les créateurs africains soient respectés ». On le voit ici à la Fashion Week de Dakar en juin 2012. 
Pour Alphadi, « il est temps que les créateurs africains soient respectés ». On le voit ici à la Fashion Week de Dakar en juin 2012.

« Magicien du désert », « prince du désert », « Mandela de la mode », les mots élogieux ne manquent pas pour qualifier Seidnaly Sidahmed plus connu sous le nom d'Alphadi. Il faut dire qu'il est à inscrire définitivement au Panthéon de la mode africaine. Avec son caractère jovial teinté d'humilité, il a été de tous les combats des pionniers du continent dans la bataille pour une meilleure prise en compte des Africains tant dans les ateliers de mode qu'au bord des estrades de défilé.

Pour cela, il n'a pas hésité à aller chercher (et obtenir) le soutien de ceux des Africains qui font autorité dans leur domaine avec comme leitmotiv la promotion de la paix. Ainsi, en 1998, Alphadi s'est appuyé sur un défilé de mode dans le majestueux désert du Tiguidit au Niger pour apporter sa contribution à de meilleurs sentiments dans le conflit opposant les autorités nigériennes à la rébellion touarègue. « Dès qu'on a fait le défilé, tout s'est arrêté. Beaucoup de grands créateurs y ont assisté, notamment Yves Saint Laurent », confie ce styliste du désert qui se remémore la première édition du Festival international de la mode en Afrique (Fima). Persuadé que la mode peut avoir un impact aussi économique que culturel et social, Alphadi appelle de ses vœux une prise de conscience de toutes les potentialités de l'Afrique dans ce domaine. Entretien.

Le Point Afrique : Le Papers Club de Casablanca a réalisé début juin une exposition-vente de vos créations. Pouvez-vous nous dire ce [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles