Intempéries : "On pensait qu'on n'allait jamais revoir notre famille"

·1 min de lecture

Toutes les deux heures, des hélicoptères transportent chacun quinze personnes depuis les vallées de l'arrière-pays niçois jusqu'à l'aéroport de Nice. Interrompu pour la nuit, le ballet a repris dimanche matin, plus de 24 heures après les violentes intempéries qui ont frappé le Sud-Est de la France, coupant du monde plusieurs villages, privés d'accès routiers mais aussi d'eau potable et d'électricité. Europe 1 a pu recueillir le témoignage d'habitants de Saint-Martin-Vésubie, entre soulagement et désolation. 

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici 

"J'ai tremblé toute la nuit"

Les secours "faisaient comme ils pouvaient", en privilégiant "les plus fragiles, les plus âgés", raconte Claude, qui a du patienter pour être évacuée. "Et ce matin à 10 heures on a enfin pu voir Nice, et surtout nos enfants, parce que je ne croyais plus jamais les revoir", poursuit la mère de famille, des sanglots dans la voix. "J'ai tremblé toute la nuit, je n'arrivais pas à me contrôler. On pensait qu'on allait jamais revoir notre famille."

>> EN DIRECT - Crues dans le Sud-Est : suivez l'évolution de la situation 

"Toute une vie détruite en un rien de temps"

À Nice, les rescapés sont accueillis par des secouristes et des associations qui les nourrissent, les habillent et leur donnent des conseils pour les assurances et leur relogement, car la plupart d'entre eux ont tout perdu. "Il n'y a plus rien", souffle ainsi Jean-Louis. "Sur trois maisons, il n'y a...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles