Alpes-Maritimes : un Ehpad poursuivi pour mauvais traitements infligés à une pensionnaire

·2 min de lecture
De graves accusations contre un Ehpad des Alpes Maritimes (Photo : LOIC VENANCE/AFP via Getty Images) (AFP via Getty Images)

Alors que sa mère a été transférée dans un autre Ehpad depuis les faits, le plaignant a notamment dénoncé de graves actes de négligence et de maltraitance.

De graves accusations qui interrogent sur les pratiques en cours dans certaines maisons de retraite. Près de trois ans avoir porté plainte contre un Ehpad du groupe Orpea situé dans les Alpes-Maritimes, un homme âgé de 57 ans originaire de Vence a décidé de dénoncer publiquement les mauvais traitements subis au sein de cet établissement par sa mère.

Dans les colonnes de Nice Matin, le quinquagénaire affirme ainsi que cette dernière a été contrainte à "porter pendant plusieurs heures ses vêtements souillés par ses excréments et ses urines, sous prétexte que le budget couche était épuisé". La liste des mauvais traitements est d'ailleurs loin de s'arrêter là : "absence de douche pendant trois jours", "réveils brutaux et complètement inadaptés" pendant la nuit, repas non servis par le personnel soignant... Autant d'accusations qui ont donc fait l'objet d'une plainte, déposée en février 2019.

"Il y a un gouffre entre le discours tenu aux familles et la réalité"

Le fils indigné affirme par ailleurs qu'après une chute dans sa chambre, sa mère avait déclenché l'alarme, mais avait dû attendre deux heures avant qu'un employé de l'Ehpad vienne la relever. "Il y a un gouffre entre le discours tenu aux familles, les fleurs à l'entrée, les beaux bâtiments, et la réalité", résume le quinquagénaire, qui affirme avoir été traité avec mépris lorsqu'il s'est plaint auprès de la direction de l'établissement.

Le Vençois espère désormais que sa plainte et sa prise de parole publique pourront faire évoluer les choses. "Les ouvrières en bout de chaîne qui font preuve de dévouement et font ce qu'elles peuvent ne sont pas en cause, précise-t-il, toujours cité par Nice Matin. Il y a des règles, un process qui va à l'encontre de la qualité. Ça dépasse le cas de ma mère. Il faut que cela cesse. Pour moi, c'est la faillite d'un système." Et le quinquagénaire de rappeler que les pensionnaires de ce type d'établissement, paient très cher le service, en l'occurrence 4 500 euros par mois dans l'Ehpad contre lequel la plainte a été déposée.

VIDÉO - Élise Richard (Cessons de maltraiter nos vieux !) : "Certains ne sont douchés qu’une fois tous les 15 jours… voire moins"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles