Alpes-Maritimes : cinq ans après, la dure réalité des rescapés des inondations

Cinq ans après les inondations ayant conduit à la mort de 20 personnes dans les Alpes-Maritimes, les maisons en zone inondables, comme celle de Cécile Lagier, ont été complètement rasées. "Il fallait forcément détruire, mais forcément ça fait un peu d’émotion", explique-t-elle, alors qu’elle avait acheté son pavillon un an avant les inondations d’octobre 2015. Des aménagements s’élevant à près de 13 millions d’euros Elle est désormais soulagée d’avoir quitté les lieux en étant indemnisée. "On a perdu 20 000 euros, on nous a rachetés la maison à 380 000 euros. C’était invendable", ajoute la concernée. Charlotte Soulier, propriétaire au hameau de la Brague, évoque quant à elle d’un "soulagement et d’un regret". En tout, ce sont 23 habitations qui vont être rayées de la carte afin que la rivière gagne 50 mètres de largeur, avec plusieurs aménagements coûtant près de 13 millions d’euros à la collectivité. Le maire (LR) de Biot, Jean-Pierre Dermit, veut "effacer" les erreurs qui ont été commises.