Allumé la nuit, le ministère de la Transition écologique fait polémique

La tour Séquoia, qui abrite les bureaux des ministères de la Transition écologique et énergétique, reste éclairée la nuit alors même que cet usage est interdit par la loi. (image d'illustration)  - Credit:Bruno Levesque / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP
La tour Séquoia, qui abrite les bureaux des ministères de la Transition écologique et énergétique, reste éclairée la nuit alors même que cet usage est interdit par la loi. (image d'illustration) - Credit:Bruno Levesque / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP

Un acte dérangeant, aux antipodes du message de sobriété énergétique prôné par le gouvernement. Comme le rapporte BFMTV, la tour Séquoia, qui abrite les bureaux des ministères de la Transition écologique et énergétique dans le quartier de la Défense, reste éclairée toute la nuit. Une pratique délibérée puisque la loi interdit l'éclairage des locaux professionnels entre une heure et six heures du matin.

« On voit des colonnes de lumière toutes alignées les unes au-dessus des autres, donc on peut quand même douter qu'il y ait une personne dans chacun des bureaux qui sont restés éclairés », a déploré auprès de nos confrères Anne-Marie Ducroux, la présidente de l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne (ANPCEN).

À la lumière du reportage de BFMTV, le ministère de la Transition écologique n'a pas manqué de réagir en affirmant que la tour Séquoia reste allumée la nuit à cause de « son installation technique qui rend difficile le pilotage de l'éclairage ou du chauffage ». Il pointe également du doigt d'autres « contraintes techniques ». « Au titre de la réglementation incendie, les circulations/couloirs (les immeubles de grande hauteur) doivent disposer en permanence d'un niveau d'éclairage minimal, même lorsque l'immeuble est inoccupé, de façon que les services incendie et de secours puissent pratiquer leurs rondes et faire face, le cas échéant, à un événement », s'est-il défendu dans un communiqué.

À LIRE AUSSIRisque de blac [...] Lire la suite