Allons-nous tous mourir de chaud d'ici 2100 ?

L'Inde et le Pakistan ont récemment été confrontés à des températures avoisinant les 50 °C pendant plusieurs jours. Si l'impact réel sur la mortalité n'a pas encore été communiqué, les services de santé indiens ont déjà estimé que le nombre de personnes tuées par la chaleur en Inde depuis 1967 s'élève à au moins 40.000. Ce chiffre est probablement largement sous-estimé compte-tenu de la difficulté de l'Inde à obtenir des données sur la santé de sa population la plus pauvre et isolée. Plus près de chez nous, la canicule de référence en Europe, celle de l'été 2003, avait été responsable du décès d'au moins 70.000 personnes (dont 15.000 en France) en l'espace d'un mois et demi. En 2010, la vague de chaleur en Russie avait causé la mort d'au moins 10.000 personnes à Moscou.

48 à 74 % de la population sous un risque de chaleur mortelle d'ici 2100

Le corps humain ne peut pas fonctionner normalement avec une température interne supérieure à environ 37 °C, or les vagues de chaleur, surtout lorsqu'elles sont associées à de l'humidité, peuvent faire grimper la température corporelle largement au-dessus. Les conclusions de l'université d'Hawaï, publiées dans la revue Nature Climate Change, tendent vers un scénario particulièrement noir pour l'Humanité. Les trois quarts de la population mondiale pourraient mourir de chaud d'ici 80 ans si le climat continue de se réchauffer à la même vitesse. Si l'humanité décidait entre temps de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de manière drastique, ce chiffre alarmant descendrait alors à 48 % selon les estimations des chercheurs. Actuellement, l'université estime à 30 % la part de la population exposée à au moins 20 jours de chaleur potentiellement mortelle par an. « En ce qui concerne les vagues de chaleur, nous avons le choix entre un scénario futur mauvais, ou terrible » selon l'auteur principal de l'étude, Camilo Mora.

En jaune, orange et rouge, les zones les plus exposées à un risque de chaleur mortelle d'ici 2100. @...
En jaune, orange et rouge, les zones les plus exposées à un risque de chaleur mortelle d'ici 2100. @...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles